Actualités

Vous êtes ici : Accueil > Actualités > LE SECRET DIU BONHEUR DANS LES AFFAIRES

LE SECRET DIU BONHEUR DANS LES AFFAIRES

Le 14 avril 2017

  Traduction littérale de l’entretien avec Steven Lamb 28 March 2017 Publication Linkedin de Richard Branson -10 avril 2017   Chris Barez-Brown est peut-être l'une ...


 
Traduction littérale de l’entretien avec Steven Lamb 28 March 2017
Publication Linkedin de Richard Branson -10 avril 2017
 
Chris Barez-Brown est peut-être l'une des personnes les plus heureuses de la planète. Sa société, Upping Your Elvis, propose un leadership créatif et des projets de gestion de changement à certaines des entreprises leaders dans le monde. Ses techniques sont uniques et perspicaces. Les émotions et les boucles du cerveau lui importent plus que la législation et la réglementation. Il est une force de changement. Faisons un focus par cet entretien avec lui
 
Vos livres et vos séminaires se concentrent sur le changement personnel grâce au travail - pourquoi ce rapport?
Un tiers des jours que nous passons sur cette planète sont des journées de travail. Par conséquent, si le travail ne nous sert pas et ne nous aide pas à grandir, (nous aider à passer du bon temps, en contribuant à élargir notre identité, nous aidant à avoir un impact approprié), il demeure un terrible gaspillage de vie! Tout simplement, je pense que nous sommes vraiment sur cette planète, brillants aussi forts que possible. En tirant le meilleur parti de notre temps, le travail doit être brillant pour nous et extraordinaire.
 
Donc, si vous êtes heureux au travail, vous êtes généralement heureux dans le reste de votre vie, c'est la direction à suivre ?
Je le crois. Il y a des personnes qui utilisent l'adage du «travail à vivre et à vivre au travail», mais je pense que c'est une erreur terrible. Le travail ne peut tout simplement pas fonctionner de cette façon. C'est une grande partie de ce que nous sommes - la plupart d'entre nous doivent le faire parce que nous devons être en mesure de payer pour les choses (que nous consommons) Parce que nous utilisons tellement de notre temps grâce à notre travail, il devrait être quelque chose de significatif qui nous « étire », nous développe et nous aide à vivre la vie d'une manière plus intéressante.
 
Lire: Comment la technologie mobile change constamment la façon dont nous interagissons avec le monde
 
Votre travail s'adresse-t-il à l'employé ou à l'employeur - est-ce à la base de l'individu ou de l'entreprise?
 
Je m'engage dans des programmes à l'échelle de l'entreprise, alors je vise à faire mon travail dans toute l'entreprise; Mais je m'intéresse à l'individu. Je crois que fondamentalement tout le monde est parfait, ce qui est une vue inhabituelle dans le travail, mais je pense que nous avons tout ce qu'il faut pour être incroyable. Cependant ce qui se passe, c'est que nous l'oublions et que nous avons tendance à socialiser les normes et à imiter les «leaders».
 
En sorte qu’après des mois ou des années, nous devenons quelqu'un que nous ne sommes pas vraiment. Nous oublions cette perfection et notre singularité ; nous commençons à nous normaliser, ce qui a un effet similaire sur l'entreprise. Je peux aider les gens à se connecter à leur véritable soi-même et à « sortir du lit » pour aimer ce qu'ils font tous les jours, pour s'exprimer eux-mêmes alors la société se globalise toujours un peu plus. Oui, nous pouvons améliorer l'entreprise dans son ensemble et élargir son champ de vision, mais nous le faisons à travers l'individu.
 
Êtes-vous engagé dans la pleine conscience dans les affaires?
 
Je ne pense pas conférer de la conscience, mais j'en développe des éléments. Je suis fasciné par la pleine conscience, car je suis intéressé par la condition humaine ; et la pleine conscience est une approche pour nous aider à améliorer cette condition humaine.
 
Comment est-elle appliquée?
 
Bien, il doit y avoir un changement effectif et souvent cela introduit un élément de « douleur » parce que cela signifie que s'engager à autre chose que la norme, rend mal à l'aise. Mes pires clients sont ceux qui pensent qu'ils se portent vraiment bien - mes meilleurs sont les clients qui se sentent comme s'ils n'avaient plus d'autre choix que de changer.
 
La douleur du présent doit être significative et le plaisir potentiel de changer doit également être tout aussi génial. La partie la plus difficile est de faire en sorte que les gens s'engagent. Lorsque je suis dans la salle avec les leaders d'une entreprise, je m’assure qu’ils se regardent les yeux dans les yeux et qu’ils s’engagent à changer, de sorte qu’ils commencent à sentir la chaleur sous leurs pieds ; dans le cas contraire quand les choses se compliquent, ils reviennent de nouveau à la norme.
 
Vous parlez de sentiments et de travail: «douleur», «plaisir», «bonheur» et «amour». Avez-vous besoin d'une connexion émotionnelle au travail pour réussir et être heureux?
 
Absolument - à coup sûr. Si vous n'avez pas de lien affectif avec votre travail, vous donnerez une énergie moyenne et des niveaux moyens d'engagement.
 
Alors, comment cela fonctionne si je suis un technicien de surface dans une entreprise plutôt que le patron?
 
C'est un exemple classique; Dans ma dernière entreprise, nous avons dû faire au moins 20 projets sur les techniciens de surface ! Certains emplois vont être plus difficiles que d'autres pour adapter le format (concept), mais il faut trouver une sorte de crochet émotionnel - il se pourrait que le nettoyage des toilettes ne soit pas l’élément essentiel. C'est peut-être que vous vous connectez avec les personnes qui utilisent ces installations ou que vous suscitiez un sourire sur leur visage. Vous devez re-articuler le sens pour qu'il ait une résonance émotionnelle tangible.
 
Les dirigeants sont-ils les bonnes personnes pour parler de l'émotion?
 
J'ai tendance à constater que si les dirigeants ne sont pas connectés à l'émotion ou motivés à l’idée d’une possibilité de changement, il n'y a pas grand-chose à faire pour l’immersion dans la démarche. Naturellement, nous copierons le patron et on regardera ce qu'ils sont et font. Il est donc plus efficace d'obtenir les « patrons à bord », sinon vous n'obtenez que les chefs réagissant au changement (au lieu d’agir) qui se déroule ; ce qui prend plus de temps. Dans ce cas les boss bloquent le changement parce qu'ils n’y sont pas connectés.
 
En substance, vous créez des «leaders»?
 
En fait, nous nous spécialisons dans le leadership créatif. Notre programme consiste à aider les leaders à s'améliorer en faisant les choses de manière plus créative et énergique.
 
Vos réunions d'affaires commencent-elles par une poignée de main ou une accolade?
 
C'est une accolade !
 
Y a-t-il beaucoup d'aversion à cela?
 
Une grande partie de notre monde est basée sur l’intelligence émotionnelle et tout le monde ne se sent pas immédiatement à l'aise avec les émotions. Toutefois cela change et s'améliore. Il y a vingt ans, montrer ses émotions dans les entreprises étaient était faire montre de faiblesse – Eprouver des émotions n’était pas professionnel. Alors que les émotions sont ce qui rend la vie intéressante. Si nous les utilisons bien, nous obtenons un travail meilleur. Le gros de mon travail consiste à enseigner aux gens à exploiter les émotions et à bien les utiliser, car en fait, toute émotion peut être utile. Tout le monde n'est pas à l'aise avec cela et une partie de mon rôle est d'amener les gens à comprendre que c'est juste une expression de la condition humaine. Les émotions ne sont pas l’expression de faiblesse - les émotions sont le pouvoir.
 
Est-il possible d'appliquer une inclinaison émotive positive à un travail qui vous fixe une existence de neuf heures à dix-sept heures suivi d’un trajet horrible en fin de la journée?
 
Oui - vous pouvez utiliser ces approches n'importe où, mais il faut simplement penser au contexte différemment. Si votre espace de travail actuel n'est pas propice à être brillant, alors vous avez besoin de cette nouvelle approche.
J’ai plus de succès dans les entreprises traditionnelles verrouillées par des règlements, des lois et gérées par des «comportements de gestion ancienne école» que dans des organisations plus funky. Il est plus facile d'avoir un impact plus rapide.
 
 
 
Comment votre succès est-il mesuré?
 
Albert Einstein avait un panneau dans son bureau: «tout ce qui peut être compté ne compte pas et tout ce qui compte peut être compté». J'ai essayé de mesurer absolument tout et je me suis arrêté. Cela n’était pas d’une grande aide. Ce que je fais, c'est de recueillir des histoires ; des histoires qui enregistrent tout changement en raison de mon travail. Certains sont directement liés au R.O.I et nous pouvons généralement montrer un résultat positif aux entreprises qui s’investissent avec nous dans un délai de quatre semaines. Une fois que nous pouvons montrer que le conseil porte ses fruits et que la Direction se détend, nous pouvons nous concentrer sur les autres facteurs de changement plus doux tels que les relations, l'autonomisation, la créativité qui sont motrices émotionnellement.
 
 
Les entreprises plus traditionnelles ne pensent-elles pas que votre approche n'est qu'une tendance?
 
Certains peuvent le penser, mais j'ai accumulé tant d'histoires de réussite que je peux montrer que cela fonctionne ; et nous ne démarrons pas notre business appelé « Upping Your Elvis » sans inviter un cynique dans la salle. Je suis réellement heureux de ce cynisme initial parce que notre approche peut être provocatrice et polarisante et nous pouvons éliminer toute négativité très tôt.
 
Comment avez-vous éveillé les approches que vous enseignez maintenant?
 
J'ai travaillé avec succès avec des marques de bière et j'ai constaté que je pouvais atteindre mes objectifs dès le premier trimestre de chaque année. Je ressentais le reste de l'année comme un gaspillage, ennuyeux et insatisfaisant alors que mon travail aurait dû être le plus amusant du Monde mais ce n'était pas le cas.
Donc, j'ai tout balancé et j’ai voyagé, en lisant tout ce que je pouvais sur l'innovation, le développement personnel et la créativité parce que je voulais comprendre ce qui coinçait en moi.
Je voulais offrir une chance inspirante pour ma vie et c'est là que je suis tombé amoureux du travail que je fais maintenant parce que je me suis rendu compte qu'il y a beaucoup de choses qu'on ne nous apprend pas, comme la façon dont nous obtenons plus d'énergie , Comment nous utilisons nos talents, comment chaque jour peut être extraordinaire - je voulais apporter cela au monde parce que, à l'origine, je ne l'apportais pas à moi-même.
 
En vous concentrant sur vous-même, vous avez pu aider les autres
 
Il y a un équilibre - pour moi c'est très simple. Si vous ne travaillez pas bien, alors, comment pouvez-vous aider les autres? Je pense que nous sommes formidables dans l'auto-assistance et dans l'auto-investissement. Vous êtes le même dénominateur commun dans votre vie, alors soignez-vous bien.
 
Lire: Cinq raisons de pratiquer la vigilance dans un monde accéléré
 
La raison pour laquelle les gens sont bloqués dans les cultures accélérées, n’est-elle pas qu'ils ignorent l'individu?
 
De nos jours, nous en connaissons plus sur la façon dont le cerveau fonctionne et sur les boucles d'habitude que sur la façon dont nous sommes bloqués. Surutiliser les appareils mobiles et se charger de café est-il bon pour vous ou cela vous piège-t-il ? Vous devez sortir de cette situation et la réévaluer.
 
Est-ce qu'il s'agit de désengager?
 
Je suis parti en voyage parce que j'étais désespéré et je ne savais pas comment affectuer le changement. Mais vous n'avez pas besoin de disparaître dans le « Machu Pichu » ! Je dirige des séminaires où nous prenons des gens dans les rues de Londres et, au lieu d'être aspiré dans le tourbillon, nous changeons de rythme, observons et écoutons correctement les stimulus qui entraînent souvent des avancées dans l'engagement.
 
Le défi est de ne pas se désengager mais de changer tout en s'y engageant afin qu’il ne commande pas mais qu’il libère.
 
Quels sont vos meilleurs conseils pour être conscients?
 
Ne permettez pas à votre cerveau de travailler en pilote automatique tout le temps ; afin de ralentir les choses et de mieux respirer. Faites une désintoxication numérique de temps en temps et éloignez-vous de tous les appareils que vous utilisez. Changez délibérément les boucles d'habitude en apportant de la fraîcheur - décidez de passer les dix premières minutes de votre journée à l'extérieur pendant une semaine, par exemple, ou de dormir de l'autre côté du lit. De même prendre une route différente vers les magasins aidera à réveiller votre cerveau.
 
Tél : 04 94 93 15 46
Fax : 04 94 93 14 04
Contactez-nous